Ceci est notre logo

Ceci est notre logo

mardi 27 février 2018

CÉRÉMONIE À GOLFE-JUAN : LA GRATITUDE DE LA FAMILLE FEIBUSCH

Ceux et celles d'entre vous qui suivent ce blog, et nos actions, se souviennent encore de notre dernière cérémonie, qui a eu lieu à Golfe-Juan le 6 octobre dernier. Vous en trouverez le lien un peu plus loin. 



Grâce à ce blog, précisément, et au petit miracle de la Toile, Sammy Feibusch, le fils d'un des six déportés dont le nom figure sur cette plaque – Arnold Feibusch, alias Jean Feuillet –, a pu nous contacter. 

Sammy effectuait des recherches pour sa propre fille, qui devait partir en Pologne avec sa classe, et il se demandait s'il y avait, par hasard, quelque part, de nouvelles informations concernant son père, revenu d'Auschwitz et de Bergen-Belsen, et décédé en 1982. 

À sa grande surprise, il est tombé sur l'article de Nice-Matin et sur notre blog, qui rendaient compte de l'événement du 6 octobre. Sidéré par ce qu'il y avait lu, il nous a contactés : la possibilité de laisser ici-même un commentaire s'est avérée extrêmement précieuse. 

Pourquoi était-il si renversé par ce qu'il avait découvert ? Tout simplement parce que, bien entendu, il ignorait tout de cet événement, mais surtout parce que le véritable nom de son père n'est mentionné nulle part ailleurs, pas même au Mémorial de la Shoah, à Paris. 

En effet, cette découverte (celle de son nom réel) a été le fruit de nos recherches. Un des fruits, faudrait-il dire, car il y en a eu bien d'autres... Toujours est-il que Sammy Feibusch a tout de suite prévenu sa mère, Denise, et ses deux sœurs Nadine et Joëlle. 
Sammy, Denise et Joëlle vivent en Israël. Nadine vit aux États-Unis. 

Tous les quatre ont immédiatement décidé de se rendre à Golfe-Juan afin de se recueillir ensemble devant cette plaque. 

Nous avons été en contact régulier depuis leur décision, et très heureux de les accueillir dans notre région, de faire leur connaissance, et de les accompagner dans cette démarche de recueillement. 

Nous avons été TRÈS touchés de la réponse de Mme le Maire de Vallauris-Golfe-Juan, qui a souhaité organiser une petite cérémonie à cette occasion, à laquelle elle a également été présente malgré ses engagements multiples. 



Mme Michèle Salucki, maire de Vallauris-Golfe-Juan
et M. Michel Molesti
son adjoint, notre interlocuteur privilégié. 
Photo ©Jacques Lefebvre-Linetzky (J.L+L)


La famille d'Arnold Feibusch, devant la plaque
Photo ©Michèle Merowka


De gauche à droite derrière Joseph Joffo & Denise Feibusch
Nadine, Joëlle, Cathie, Brigitte Joffo, et Sammy Feibusch


Les mêmes, entourés 
des vaillants et indispensables porte-drapeaux
Photos ci-dessus ©J.L+L

Une quarantaine de personnes se sont donc retrouvées ce 21 février devant la plaque, où nous avons déposé deux bouquets et pensé très fort à ces jeunes gens dont la vie a été ainsi brisée – et en particulier à Arnold Feibusch, dont nous avons enfin pu découvrir le visage, tel qu'il était avant sa déportation. 



Photo ancienne, aimablement confiée 
par la famille Feibusch


N'oublions pas de mentionner la présence de l'écrivain Joseph Joffo*, qui s'est souvenu de ce jeune homme "aux cheveux blonds, ondulés, grand et très sympathique". Le seul dont il se souvienne, "parce que", nous a-t-il dit "il était belge" !




Joseph Joffo
Photos ci-dessus ©J.L+L

Ce moment de recueillement a été suivi d'une réunion dans la salle des mariages de Golfe-Juan, à la mairie annexe, où avait été prévu de quoi se restaurer, mais surtout de prononcer quelques mots à l'abri des frimas ! Denise a ému toute l'assemblée qui n'est pas près d'oublier son merveilleux visage, ni sa gentillesse. 



La famille Feibusch avec M. Michel Molesti
Photo ©Michèle Merowka


Sammy montre ses documents 
à Joseph & Brigitte Joffo
et aux membres de l'AMEJDAM
Photo ©Michèle Merowka

Sammy, sa maman et ses sœurs nous ont remercié, bien au-delà de que nous pensions nécessaire. Leur gratitude envers l'AMEJDAM et envers la ville de Vallauris-Golfe-Juan pour avoir ainsi honoré leur père, en un si bel endroit, avec tant de respect, a été exprimée encore et encore, et nous en avons tous été émus aux larmes. 

Pour clore ce billet, un exemple qui ne peut que rester dans nos mémoires, car il est en rapport avec les enfants. 
La veille de notre réunion devant la plaque, nous nous sommes rendus à l'école Gachon, dont une classe était intervenue le 6 octobre, en chantant deux chansons lors de la cérémonie. 

Grâce à M. Michel Molesti, l'adjoint de Mme le Maire, nous avons pu retourner voir ces enfants en compagnie de la famille Feibusch, qui voulait également les remercier. 
Le contact a été magique. 

Sammy leur a montré des photos de son papa, leur a expliqué avec beaucoup de simplicité et de pédagogie le sort que celui-ci avait connu, et leur a exprimé son immense gratitude. Denise avait apporté un objet précieux...


Denise montre l'étoile jaune que sa maman avait 
été obligée de porter en Belgique
Photo ©J.L+L



Denise et Joëlle ont écrit en hébreu sur le tableau 
le nom Feibusch et le mot Chalom,
et dessiné le drapeau israélien



Photos ©Michèle Merowka


Les enfants ont ensuite posé des questions auxquelles chaque membre de la famille a pu répondre. Voyant leurs larmes d'adultes, les petits ont réagi avec tendresse, et maturité : "On a bien vu que vous pleuriez, mais ne vous gênez surtout pas, vous pouvez pleurer, on vous comprend !"



Mme Barrot-Devroedt accompagne ses élèves à la guitare
Photo ©J.L+L

Mais surtout, surtout, l'émotion a été à son comble lorsque la maîtresse leur a dit quelque chose comme : "Vous voyez les enfants, vous avez appris deux chansons, vous les avez chantées, vous avez appris des choses, vous avez participé à cette cérémonie, et vous pensiez que ce n'était qu'un exercice parmi d'autres. Maintenant vous voyez le résultat de vos efforts. Vous avez fait du bien à des gens, ils vous en remercient, et maintenant c'est vous qui êtes heureux. Ne l'oubliez jamais. "



Tout le monde pose ensemble devant l'école Gachon
Au dernier rang, à gauche : 
Mme Surmont, la directrice de l'école,
et à droite, notre Présidente, Michèle Merowka. 
Photos ©J.L+L 

Ce message nous va droit au cœur aussi. Notre travail est souvent ardu, nous le faisons dans l'ombre, aux archives, devant nos ordinateurs, lentement, patiemment... et quand cela débouche sur un échange tel que celui que nous avons vécu grâce aux membres de la famille Feibusch, au sourire si chaleureux, nous ne pouvons que nous dire : poursuivons notre tâche. Elle est parfois ingrate, mais la satisfaction ressentie grâce à ce que nous venons de vous raconter est notre plus belle récompense. 


* * * * 

Vous pouvez relire le reportage sur la cérémonie du 6 octobre en cliquant sur ce lien.

Vous pouvez écouter l'interview que Sammy Feibusch nous a accordée sur RCN, la veille de la cérémonie, en cliquant sur ce lien. 

Dernier développement : Joseph Joffo a proposé une projection du SAC DE BILLES à l'intention des scolaires de Vallauris Golfe-Juan, à laquelle il assistera. La salle peut recevoir 600 personnes, ça sera vivant !

Nos remerciements réitérés vont à M. Michel Molesti dont l'implication personnelle nous a été si précieuse tout au long de cette belle aventure. 



* * * * * *


*Joseph Joffo est l'un des membres d'honneur de l'AMEJDAM 




Et maintenant, voici l'article de Nice-Matin, et une galerie de photos à parcourir tranquillement. 











Minute de recueillement devant la plaque
Photo ©J.L+L



Les enfants ont repris les deux chants de
la cérémonie précédente, accompagnée par leur 
enseignante, Mme Barrot-Devroedt 
Photo ©J.L+L



De gauche à droite :
Lucienne Lebitoux, 
Brigitte & Joseph Joffo, Sammy Feibusch, 
à la mairie
Photo ©J.L+L.





De gauche à droite : 

Yves Lebitoux, Elise Binsztock, 
Lucienne Lebitoux, 
Brigitte & Joseph Joffo, 
Sammy Feibusch, à la mairie 
Photo ©Michèle Merowka





Notre présidente est aussi notre video-girl !
À sa droite, Denise Feibusch, M. Molesti,
Mme Salucki, Serge Binsztock et Roger Wolman
(tous deux membres de l'AMEJDAM)
Photo ©JL+L. 


De gauche à droite : Denise Feibusch, M. Molesti, Mme Salucki
et Roger Wolman (Amejdam). Sans oublier les porte-drapeaux, 
bien entendu. 
Photo ©Michèle Merowka


Pour clore la journée, 
Gilberte Jakubowicz et Yaële Lerner, 
membres de l'Amejdam, 
ont chanté avec ferveur "La Hatikvah"
l'hymne israélien et "La Marseillaise"
Photo ©JL+L


* * * * * * 

Texte et mise en page : Cathie Fidler

4 commentaires:

  1. Quel bonheur, Cathie, quelle merveille, d'avoir pu réunir toutes ces générations, d'avoir touché le coeur et l'esprit de ces petits enfants qui assureront l'avenir. Il y a de quoi exprimer notre gratitude. Puisse cela être un signe!

    RépondreSupprimer
  2. c'est formidable que cette famille ait pu retrouver la trace de leur père, grâce à votre association.Merveilleuse histoire. Bravo Catherine. Tatiana Abolin

    RépondreSupprimer
  3. Merci Cathie!
    Pour ton travail de recherche, pour l'organisation de notre visite inoubliable et pour le travail de mémoire si important et incessant de l'AMEJDAM.
    Mais surtout pour ton grand coeur!
    Sammy Feibusch

    RépondreSupprimer