Ceci est notre logo

Ceci est notre logo

vendredi 26 juillet 2019

CÉRÉMONIE DU 21 JUILLET À CANNES

FAISANT SUITE À NOTRE BILLET PRÉCÉDENT, VOICI QUELQUES PHOTOS PRISES PAR NOTRE TRÉSORIER, SERGE BINSZTOK, LORS DE LA CÉRÉMONIE QUI A EU LIEU LE MÊME JOUR À CANNES. 



De nombreux membres de l'AMEJDAM étaient présents
On reconnaît ici Roger Wolman à son grand chapeau, 
Roger & Simone Kramer, et Elise Binsztok

mercredi 24 juillet 2019

JOURNÉE NATIONALE EN HOMMAGE AUX VICTIMES DE LA RAFLE DU VEL D'HIV'



Dimanche dernier 21 juillet, a eu lieu, comme chaque année, une cérémonie officielle sur le quai A (ex n°1) de la gare de Nice, dans le cadre de la "Journée Nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'État français, et d'hommage aux 'Justes parmi les Nations' de France."

L'AMEJDAM y était, comme toujours, et s'est associée à la pose des gerbes qu'il est d'usage de déposer devant la plaque commémorative située sur ce quai, après l'allumage de six bougies du souvenir. 

mercredi 29 mai 2019

ALFRED NAKACHE, UN CHAMPION HORS DU COMMUN







Image empruntée ici


L’AMEJDAM rend hommage à Alfred Nakache (1915-1983), l’un des plus grands nageurs de l’Histoire. 15 fois champion de France ; détenteur de neuf records de France, de trois records d’Europe et d'un record du monde (200 mètres brasse papillon en 1941). Il est aussi codétenteur du record du monde du relais 3x100 m 3 nages en 1946.



International Swimming Hall of Fame, Fort Lauderdale, Fla, USA.
Image empruntée ici

Il a fait l’objet de nombreux articles dans la presse récemment car, lors du week-end du 17 au 19 mai 2019, il a fait son entrée à l’International Swimming Hall of Fame de Fort Lauderdale en Floride aux États-Unis. Il est le neuvième sportif français que l'on célèbre au sein de ce musée dédié à la natation internationale depuis les années 1960. Alain Bernard, Laure Manaudou ou encore Camille Muffat font partie de cette sélection prestigieuse.





Piscine Alfred Nakache, Toulouse
Image empruntée ici

Il aura fallu 35 ans pour qu’Alfred Nakache soit ainsi honoré. En France, de nombreux bassins portent son nom, notamment la piscine municipale de Toulouse. En 1993, l’État d’Israël lui a décerné à titre posthume le Trophée du Grand exemple, au Musée du sport juif international.
Alfred Nakache était un nageur hors du commun, une personnalité chaleureuse et généreuse au parcours exceptionnel.





Capture d'écran
Alfred Nakache, le nageur d'Auschwitz, Christian Meunier, 2001
Lien ici


Une légende

L’AMEJDAM croit au travail de mémoire, cela va de soi. Les plaques posées dans les écoles témoignent de la détermination sans faille des membres de l’association.
Il est essentiel de perpétuer la mémoire de ces enfants, comme il est essentiel que les enfants d’aujourd’hui soient informés et puissent ensuite transmettre le témoin. Pour ce faire, il nous semble important de proposer des récits, de raconter la vie de celles et ceux dont le parcours est exemplaire. Alfred Nakache est un athlète inoubliable, un homme à qui on aurait aimé serrer la main, comme pour partager sa force et sa noblesse, l'espace d'un instant.





Constantine en 1916
Image empruntée ici

Il est né à Constantine (Algérie Française) en 1915 au sein d’une famille de 10 enfants. On dit qu’il n’aimait pas l’eau lorsqu’il était enfant. Il a toutefois des dispositions naturelles et bientôt, on le surnomme Artem, le poisson en hébreu. À l’âge de 16 ans, il devient champion de natation d’Afrique du Nord et se spécialise dans la brasse papillon alors peu connue. Il se rend en France et participe aux championnats de France de natation. En 1935, il est le chef de file de la natation française au 100 m nage libre. Il accumule les records et les titres. En 1936, il participe aux Jeux de Berlin et termine quatrième avec le relais 4 x 200 m nage libre devant l’Allemagne avec ses copains, Jean Taris, René Cavalero et Christian Talli. Il épouse Paule El Bèze en 1937. 





Le relais 4 x 200m de 1938: Alfred Nakache, René Cavalero, Roland Pallard 
et Christian Talli.  @ France/Gamma/Keystone via Getty Images. 
Image empruntée ici

En 1939, il devient professeur d’éducation physique. Du jour au lendemain, il ne peut plus exercer son métier de professeur en raison de la loi du 3 octobre 1940 "portant statut des Juifs", il est déchu de sa nationalité.


Lumières et ténèbres

Il part pour Toulouse en 1940 avec son épouse et leur petite fille, Annie. Il s’inscrit aux Dauphins du TOEC (Toulouse Olympique Étudiants Club). Le dirigeant du club, M. Mauran, achète un gymnase et le met à la disposition d’Alfred et de son épouse.



Alfred Nakache en 1941 à Toulouse
Image empruntée ici

L’année 1941 est fabuleuse pour l’athlète. Le 6 juillet 1941, il s’empare du record du monde du 200 mètres brasse, détenu par l’Américain Kasley et pulvérise le record d’Europe que détenait l’Allemand Balke. En 1942, il obtient 8 titres de champion de France. Il a un physique impressionnant, une puissance concentrée dans les bras et les épaules. En cela, il est très différent des nageurs de l’époque dont le style était beaucoup plus fluide.




Capture d'écran
Alfred Nakache, le nageur d'Auschwitz, Christian Meunier, 2001
Lien ici

Adulé depuis tant d’années, le champion devient pourtant très vite la cible de la presse pétainiste antisémite. En 1943, la Fédération Nationale de Natation décide d’organiser les championnats de France à Toulouse pour permettre à Alfred Nakache d’y participer. Les Allemands s’opposent à cette participation. De nombreux nageurs déclarent forfait en soutien à Alfred Nakache.





Intérieur de la prison Saint-Michel à Toulouse (2002)
Image empruntée ici

En novembre 1943, il est arrêté à la suite d’une dénonciation, ainsi que Paule et leur petite fille Annie, âgée d’un peu plus de deux ans. Le 26 décembre 1943, les Nakache sont transférés à Drancy. Enfin, le 20 janvier 1944, ils sont déportés de Drancy à Auschwitz. Paule et Annie sont gazées à leur arrivée, Alfred ne l’apprendra que beaucoup plus tard. Il est reconnu par l’un des officiers chargés de la sélection qui l’envoie travailler à l’infirmerie. Son physique et son mental lui permettent de résister. Il fait de son mieux pour aider ses codétenus. Sa légende continue de se construire à son insu : il organise des bains (clandestins, bien sûr) dans les réservoirs d’eau d’Auschwitz, il plonge afin de repêcher le poignard d’un officier (à sa demande)… Il survit à la Marche de la mort et il est libéré le 11 avril 1945 à Buchenwald par les troupes américaines. Au terme de ces terribles épreuves, il ne pèse plus que 42 kg.


Vivre, malgré tout et vaincre, plus que tout

Il retourne à Toulouse. Brisé par l’horreur concentrationnaire et par la disparition de son épouse et de sa petite fille, il reprend l’entraînement avec une rage décuplée.  Dès le mois d’août 1945, il remporte trois titres de champion de France et il est finaliste en water-polo. Il bat le record du monde du relais 3 x 100 m l’année suivante, moins d’un an après sa libération de Buchenwald. En 1948, il participe aux premiers Jeux olympiques d’été de l’après-guerre à Londres. Son équipe s’adjuge un nouveau record du monde du 3 x 100 mètres, trois nages.




Alfred Nakache en 1946
Image empruntée ici

En 1952, il se remarie. Il est professeur au lycée de Toulouse (il a retrouvé son poste en juillet 1945) et intervient au Toulouse Football Club en tant que kinésithérapeute. Il s'occupe d'enfants, il leur apprend à nager avec une gentillesse et un dévouement admirables. De 1972 à 1976, il vit à la Réunion où il crée un club de natation. Il enseigne à l’Université.

Une fois à la retraite, il se retire sur les bords de la Méditerranée entre Sète et Cerbère. Le 4 août 1984, il meurt d’une crise cardiaque alors qu’il s’apprêtait à nager son kilomètre quotidien.






Capture d'écran
Alfred Nakache, le nageur d'Auschwitz, Christian Meunier, 2001
Lien ici

Deux magnifiques documentaires rendent hommage 
à Alfred Nakache.

Le premier, (en accès libre) réalisé en 2001 par Christian Meunier, s’intitule, Alfred Nakache, le nageur d’AuschwitzLien ici

Le second, réalisé par Thierry Lashéras, s’intitule, Nage libre, Fabien Gilot sur les traces d’Alfred Nakache et date de 2017. Fabien Gilot est un formidable champion, plusieurs fois médaillé olympique, mondial et européen. En 2012, après la victoire du relais 4 x 100 m, il fait la une des médias israéliens parce qu’il arbore un tatouage (Je ne suis rien sans eux) en hébreu sur son bras en hommage à son grand-père.
Extrait, lien ici

Une biographie est à signaler également.

Alfred Nakache, le nageur d’Auschwitz, Denis Baud, Éditions Loubatières, 2009.



°°°°°°



Pour Annie




Capture d'écran
Alfred Nakache, le nageur d'Auschwitz, Christian Meunier, 2001
Lien ici

Annie a disparu avec sa maman à son arrivée à Auschwitz. C’était en janvier 1944, elle n’avait que deux ans et quelques mois. 
Comme tous les enfants de son âge, elle avait un animal en peluche qu’elle adorait et qui ne la quittait jamais. 
Une jeune fille s’était occupée d’elle lorsqu’elle avait été séparée de ses parents incarcérés à la prison Saint-Michel à Toulouse. La petite avait perdu son petit chien adoré. 
Cette jeune fille s’appelait Simone Faulon et elle avait récupéré le chien en peluche d’Annie. Lorsqu’elle apprit que l'enfant et ses parents allaient être transférés à Drancy, elle se précipita à la gare afin de lui donner la peluche qui lui était si chère. Simone tenta en vain de s'approcher, mais un officier nazi lui interdit de se rendre sur le quai. Simone garda le chien, le raccommoda car il était en piteux état et puis elle le rangea dans un placard. Elle le garda longtemps, très longtemps et ne le confia à personne, pas même à ses propres enfants. En 2001, elle raconta cette histoire à Christian Meunier qui réalisait un film sur le papa de la petite, le grand champion Alfred Nakache. Simone sortit le petit chien d’un placard et le montra au cinéaste. 
Le petit chien pleure pour toujours cette petite fille. Son papa ne s’est jamais remis de ne plus la voir, pas plus qu’il ne s’est remis de ne plus voir Paule, la maman d’Annie. Rares sont les photos d'Annie, j'en ai trouvé deux, mais je n'ai pas eu le cœur de les publier. Il reste son histoire et ce petit chien sauvé par une gentille jeune fille. 

Jacques Lefebvre-Linetzky


Alfred Nakache en 1946
Image empruntée ici

Alfred Nakache, une vie à contre-courant, Le Monde, mardi 14 mai 2019, par Alexandre Pedro

Extraits :

Le 18 janvier 1945, les Allemands évacuent Auschwitz devant la progression des Soviéti­ques. Ils sont entre 20000 et 30000 à mar­cher par – 10 °C. Alfred survivra à cette mar­che puis à une période de détention à Buchenwald. A Toulouse, pourtant, on le croit mort. En hommage, le conseil munici­pal donne même son nom au bassin d’hiver de la piscine de l’île du Ramier. Mais le 28 avril 1945, la presse annonce l’incroyable nouvelle : Nakache est vivant ! Amaigri de 40 kg, il se remet d’un abcès à l’oreille droite dans un hôpital parisien.  "Laissez ­moi re­prendre contact avec le monde vivant, après quoi j’essaierai de re-nager", souffle­-t-­il aux reporters venus à son chevet.
Alors âgée de 13 ans, Ginette Sendral­ Jany, future championne de France de natation, n’a jamais oublié les retrouvailles, quelques jours plus tard, à Toulouse.

"Il avait la tête en­veloppée de rubans et il a été très ému quand il a vu sa plaque, se souvient­-elle. Plus que sa mort en face, il voyait l’affection de la ville et de ses amis pour lui."

Très vite, il replonge. Mais si le corps se remplume, l’esprit, lui, de­meure prisonnier des camps. Quand il n’est pas dans l’eau, il regarde les trains arriver à la gare Matabiau. Celui de Paule et Annie ne viendra jamais. Un jour de 1946, on lui tend un papier blanc et la funeste confirmation. (...)

Jamais il ne s’en vantera. Jamais il ne parlera d’Auschwitz, ou alors au détour d’une anecdote, à en croire William Nakache . "Un jour, il me demande de lui passer mes chaussures pour les cirer. Je lui dis qu’elles sont propres. Il insiste et quand je finis par les lui donner, il me lâche : “Si tu savais le nom­bre de bottes que j’ai pu cirer là­-bas...” Je n’ai pas eu le culot de lui faire raconter. Ça aurait déclenché une telle tristesse... "




Pour écouter l'émission "Au Nom des enfants", cliquez ici

Remerciements à Yossi Benavraham, chef d'antenne.







dimanche 5 mai 2019

YOM HASHOAH 2019 À NICE



L'AMEJDAM était présente lors des cérémonies de Yom HaShoah, le 2 mai 2019, à la colline du château à Nice. 





© Jacques Lefebvre-Linetzky





Chaque année, le temps s’arrête en Israël et dans de nombreux autres pays, afin de rendre hommage aux six millions de Juifs morts durant la Seconde Guerre mondiale, victimes de la barbarie nazie. Ce jour solennel c’est Yom HaShoah, la Journée de la Shoah et de l’héroïsme.



© JL+L

La cérémonie de Yom HaShoah s’est déroulée le 2 mai dernier sur la colline du château à Nice en présence des autorités locales et sous l’égide du Comité Yad Vashem Nice Côte d’Azur. De jeunes collégiens étaient également conviés afin de participer à la lecture des noms.

jeudi 11 avril 2019

MAURICE WOLMAN - UN HÉROS JUIF DE NOTRE TEMPS


Cette semaine, nous avons reçu Roger Wolman à l'antenne de RCN. Roger, qui est membre du bureau de l'AMEJDAM, a accompli un devoir filial essentiel, ainsi qu'un remarquable travail de mémoire, en s'occupant de la publication de ce livre : Maurice Wolman - Un héros juif de notre temps, publié dans la collection Témoignages de la Shoah, grâce à l'aide de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.  

Maurice Wolman est l'un des six survivants du convoi 16, parti de France le 7 août 1942, déportant à Auschwitz plus de mille Juifs. Et le seul homme à survivre à ce convoi-là. Il a été interné successivement à Pithiviers, Auschwitz-Birkenau, Varsovie, Dachau, Mülhdorf.